Sélectionner une page
Depuis la dernière année, j’accorde une importance particulière à l’efficacité de mes journées. En lisant et essayant plusieurs méthodes afin d’améliorer ma concentration, être moins distrait (surtout quand ta job c’est d’être sur les réseaux sociaux), accorder plus de temps aux choses qui comptent… qui font une réelle différence.
Notre réalité se traduit par nos petites habitudes quotidiennes. Ce que tu fais aujourd’hui va déterminer ce que tu seras demain. C’est avec cette mentalité que j’avance et que je continuerai d’avancer vers mes objectifs.
Ceci étant dit, cette dernière année m’a rendu obsédé à devenir la meilleure version de moi-même à un tout autre niveau. (Peut-être pourquoi je suis naturellement attiré vers ce genre de livre là !) 
Une lecture que j’ai vraiment appréciée, que je trouve pertinent de partager !

DEEP WORK par Cal Newport

Cette lecture m’a fait ouvrir les yeux sur l’importance de nos décisions quand vient le temps de choisir nos tâches/ travail ; Ce que l’on juge prioritaire Vs. secondaire. Ça m’a fait réaliser à quel point on remplit nos journées de tâches “importantes” du moins, qu’on qualifie comme étant importantes pour avancer mais qu’au final ce ne sont que des distractions qui nous éloignent de nos VRAIES tâches. Nos vraies responsabilités, ce qui compte vraiment afin d’atteindre du succès dans ce qu’on fait.

DEEP WORK Vs. SHALLOW WORK

La première chose que je retiens c’est le concept de “deep work”  (travail dans un état de concentration profonde) et “Shallow work” (tâches qui nécessite peu de concentration et de connaissances)

Quelques exemples me viennent en tête pour illustrer la différence entre les deux type de “work” 

Exemple de deep work: Écrire un article, un livre, programmer un site web, créer de l’art, réparer une voiture, être comédien, etc.. 

C’est le genre de travail qui requiert beaucoup plus de connaissances, de pratique, d’apprentissage, de concentration et  de temps.  

Exemple de shallow work: Répondre à des e-mails, appels,  ou par exemple être sur TOUTES les plateformes de réseaux sociaux en tant que créateur de contenu. 

C’est le genre de travail qui te donne l’impression d’être productif mais qui est en fait, plutôt une distraction et te gruge ton précieux  temps.

Je trouvais ça vraiment pertinent… Combien de fois on se sent productif et accompli après avoir répondu à tous nos emails ?  On passe tellement de temps à réagir aux stimulis externes en se disant qu’on avance mais au final c’est pas vraiment ça le travail qui donne le meilleur rendement sur investissement. 

Le “shallow work” n’a pas vraiment de  gros impact dans la société. 

Je vais  prendre ma situation comme exemple: 

Situation 1: Je réponds à tous mes dm’s sur instagram, prends le temps de publier chaque jour afin de garder une présence sur les réseaux en me disant que je contribue de façon positive dans la vie des gens. 

 

Situation 2: Je ne réponds pas à tous mes dm’s, je ne publie pas chaque jour, MAIS ça me permet d’atteindre un état de  concentration profonde pour écrire plusieurs articles, capsules informatives, partir de nouveaux projets offrant des produits / services qui contribuent de façon positive. 

Laquelle des deux situation à le plus d’impact dans la société ?  Situation #2  évidemment. 

Prendre son énergie pour créer des choses qui perdurent dans le temps. Qu’une fois que c’est fait, c’est là et ça reste.  

Par exemple les auteurs; Pourquoi on les connaît ? Parce qu’ils ont écrit des best-sellers et qu’on consomme leurs œuvres. On se rappelle d’eux pour leur livres et non pour les 3843 tweets qu’ils ont écrit durant l’année. 

Bref, j’espère que ça te permet de comprendre un peu mieux le principe et l’importance de prendre le temps de se demander ce qui est VRAIMENT important. 

C’est exactement ça le concept de Deep work Vs. Shallow work. 

Limiter le “shallow work” permet d’accomplir le travail qui demande toute notre concentration et efforts…mais c’est aussi ce travail là qui fait changer les choses.

 

“ To succeed you have to produce the absolute best stuff you’re capable of producing – a task that requires depth”

En d’autres mots, pour réussir tu dois produire des choses de qualité qui demandent un peu plus que des connaissances de base. On doit se spécialiser, apprendre des skills difficiles si on veut rester utile dans cette société où la technologie prend le dessus.

“To remain valuable in our economy, therefore, you must master the art of quickly learning complicated things”

CRÉER DE GRANDES CHOSES

Dans le livre, l’auteur donne plusieurs exemples de personnes qui ont accompli de grandes choses en appliquant le concept de “deep work” par exemple, J.K Rowlings qui s’est enfermée dans une suite pour trouver son inspiration pour écrire la finale d’Harry Potter. C’est le genre d’accomplissement qui demande énormément de concentration profonde. Parfois il faut sortir de son environnement et s’isoler pour atteindre cette source d’inspiration et de créativité. J’y ai pris goût en me levant très tôt afin de profiter du silence et trouver les meilleures idées. 

 

C’est impossible de donner le meilleur de ta capacité si tu n’es pas dans un environnement propice à ça. Certains sont capables de se concentrer facilement, mais la majorité d’entre nous doit se donner les outils pour être au meilleur de nos capacités.

1. Couper les distractions  (emails, téléphone, réseaux sociaux)

2. Ne pas être joignable si facilement 

3. s’isoler pour mieux produire (contexte professionnel)  ( rédaction, écrire une chanson, un livre, idées importantes) 

4. Créer des blocs offline / online dans notre journée

5. Planifier notre journée

 

 

C’est fou à quel point on vit dans un monde de distraction sans vraiment y porter attention. On est trop habitué à se faire déranger, de réagir à toute l’information externe qu’on reçoit des centaines / milliers de fois par jour.  On est constamment distrait et à quelques occasions on en profite pour prendre des “break” quand ça devrait être l’inverse; on est tellement concentré à faire ce qu’on aime afin de produire le meilleur truc possible qu’on doit prendre des breaks pour recharger notre cerveaux. 

 

Nos priorités sont upside-down. Les moments de distractions sont des moments où tu te prives d’idées, d’inspiration et de création. Le  but n’est pas de tout couper mais bien de diviser nos journées de façon à ne pas toujours être distrait. 

 

Comment veux-tu avoir la meilleure idée de business en étant toujours distrait ? 

 

L’auteur explique l’importance de diviser ses journées de façon à avoir des blocs “online” et des blocs “offline”  ce qui veut dire que nos moments de réseaux sociaux ou internet et nos moments de concentration sont planifiés et structurés. Ça évite de passer des heures sur internet et de diviser notre concentration (concentration fragmentée).

 

À CHACUN SON RYTHME

“Don’t take breaks from distraction. Instead take breaks from Focus” 

Bref, je ne suis pas là pour te raconter le livre au complet mais si c’est une lecture qui t’intéresse, tu trouveras dans ce livre plusieurs méthodes pour t’aider à FOCUS dans ce qui importe VRAIMENT ! 

Si son approche te semble “intense” ne t’en fait pas, il propose trois approches différentes selon notre mode de vie, occupation et notre niveau d’engagement. 

Pour ma part, une philosophie équilibrée “rythmique” comme mentionné dans le livre, fonctionne bien avec mon mode de vie. D’avoir une routine qui se ressemble de jour en jour en modifiant et adaptant au besoin notre direction de la journée en cas d’imprévue. 

Ça m’a vraiment aidé à choisir mes priorités afin de mieux avancer en faisant moins d’efforts .Accomplir plus en faisant moins, être plus engagé dans ce qui m’importe… c’est vraiment ce que je retiens de ce livre là !

 

BONNE LECTURE 🙂

LAISSE UN COMMENTAIRE 😁🤙🏼